Offbeat Magazine

29 septembre 2019

David Robert Jones alias David Bowie.

En novembre 1969, le single Space Oddity est classé à la cinquième place des charts britanniques, mais l'album David Bowie est loin de faire l'unanimité.

Le cauchemar pour un artiste qui se respecte, c'est de ne pas rester un "one hit wonder" pour l'éternité. Dieu merci, Bowie ne voulait pas redevenir David Jones et retourner vivre chez sa mère, lui qui avait passé la moitié des années 60 à peaufiner son look, son style, sa voix.

Après avoir joué sur un album de Michael Chapman en 1969 (Fully Qualified Survivor), le guitariste Mick Ronson lui est présenté. Les deux hommes forment le groupe The Hype avec également le producteur-bassiste Tony Visconti et l'ex-Rats John Cambridge à la batterie.

Au 42 Southend Road dans une maison victorienne dénommée Haddon Hall, Bowie écrira et répétera l'essentiel des albums The Man Who Sold the World (1970), Hunky Dory (1971) et The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars (1972).

Poussé par Angie (Angela Barlett), son ex-épouse, le groupe se produisait revêtu d'extravagantes tenues moulantes de super-héros qui exprimaient une ambiguïté sexuelle choquante pour l'époque.

Le 22 février 1970, au festival de la Roundhouse à Londres, personne ne prêtait vraiment attention à David Bowie and The Hype, excepté un gars qui dansait comme un dingue déguisé en légionnaire romain. C'était Marc Bolan, le chanteur et guitariste du duo acoustique Tyrannosaurus Rex avec Mickey Finn.

En 1970, Bolan modifie la formule de son groupe et le rebaptise T. Rex. Le compositeur électrise dès lors ses compositions avec Finn, toujours à ses côtés. T. Rex connait alors un succès phénoménal en Grande-Bretagne, appelé T. Rextasy, comparable à la Beatlemania. En 1971, les hits Hot Love, Get It On et l'album Electric Warrior font de Bolan une star. Grâce à son look androgyne et ses vêtements aux couleurs chatoyantes, il devient dès lors un des pionniers du glam rock.

838_maxpeoplefrfour016657

 

Posté par buddy66 à 19:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 septembre 2019

Blinded by the Light (Music of my Life).

Aujourd’hui, n’importe quel crétin disposant de l’équipement nécessaire peut faire un disque, y compris moi. C’est l’une des principales raisons qui font qu’on écoute de la daube depuis bien longtemps.

Henry David Thoreau a écrit : « J'ai la nostalgie d'une de ces vieilles routes sinueuses et inhabitées qui mènent hors des villes... une route qui conduise aux confins de la terre... où l'esprit est libre... »

Jusqu’à 1973, l’année où le rock and roll est mort, les auditeurs avaient encore l’esprit libre. Cette année-là, Rosetta Tharpe, dont le grand public ne connaît pas grand-chose, est morte. Elle a été, de la fin des années 30 à sa mort, l'une des plus brillantes femmes guitaristes de sa génération. L'héritage qu'elle a laissé à la musique contemporaine est incroyable. D'Elvis Presley à Muddy Waters, en passant par Chuck Berry, Little Richard et Johnny Cash, tous ont été influencés par cette grande musicienne qui n'avait pas peur de se confronter à l'univers masculin, et parfois machiste, du rock'n'roll.

Mais revenons à ce qui nous intéresse aujourd’hui : Blinded by the Light (Music of my Life) le nouveau film de Gurinder Chadha, la réalisatrice révélée par Joue-la comme Beckham (2002). Clairement inspiré des chansons de Bruce Springsteen, le film met en scène un jeune anglais, d’origine pakistanaise, vivant à Luton, en 1987. Dans l’Angleterre de Margaret Thatcher, l’adolescent, mal dans sa peau, cherche à comprendre qui il est vraiment. Il découvre alors l’œuvre musicale du Boss qui va transformer sa vie. Inspiré par l'écriture de l'artiste américain, le jeune héros se met en tête de devenir écrivain.

Blinded by the Light (Aveuglé par la lumière) est le premier titre du premier album de Bruce Springsteen (Greetings from Abury Park, N.J.). Enregistré dans les Studios 914 Sound à Blauvelt, État de New York, l’album est sorti le 5 janvier 1973. La plupart des chansons ont été écrites par le Boss avec l’aide d'une guitare sèche et d’un vieux piano qui traînait dans l'arrière-boutique d'un salon de beauté.

Blinded by the Light est une chanson difficilement accessible, car quasiment surréaliste. Basée plus sur les sonorités que sur le sens des mots, elle mélange les allusions au sexe et les allusions à la religion, et partant de là, l'éblouissement de l'orgasme et celui ressenti par le mystique… Ouais, je sais. J’ai perdu un grand nombre d’entre vous.

“Mama always told me not to look into the sights of the sun. Oh, but mama that's where the fun is…” (Maman m'a toujours dit de ne pas regarder le soleil en face. Oh, mais maman, c'est là que c'est drôle).

Prendre le risque d'être aveuglé par la lumière, c'est sans doute vivre sa vie pleinement, tout simplement…

 

MV5BZDUzNGYxZDAtZjVjZC00YzI2LTk3MTItNmE3NGQwOWQwZjJiXkEyXkFqcGdeQXVyMjcyMzI2OTQ@__V1_

 

 

Posté par buddy66 à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2019

THE WEEKND.

Qui sont les artistes les plus écoutés ?

C'est le chanteur de pop/folk britannique Ed Sheeran qui domine le marché, en cumulant le titre d'artiste le plus écouté, d'album le plus écouté (Divide) et de chanson la plus écoutée (Shape Of You) ! Son duo I Don't Care avec Justin Bieber est une vraie daube, mais ça marche. " T'as raison de t'en foutre, Ed." 

Top 5 des artistes les plus écoutés :

1. Ed Sheeran 2. Drake 3. The Weeknd 4. Kendrick Lamar 5. The Chainsmokers.

The Weeknd :

Michael Jackson était incroyable, musicalement parlant. Si foutrement bon, en fait, qu'aujourd'hui il y a encore des chanteurs pour l'imiter... Impossible de ne pas avoir entendu parler de The Weeknd, si vous suivez l'actualité musicale des dernières années. Après le succès phénoménal de son 2eme album Beauty Behind The Madness, vendu à plus de 1 500 000 exemplaires dans le monde, son retour était attendu. Le digne héritier vocal de Peter Pan offre un nouvel album pas franchement convainquant. Du calme, les fans ! Il est vrai que je ne suis pas client de ce genre de musique, mais ce que j'avais entendu dans Beauty Behind The Madness sonnait pas mal du tout. Dans Starboy, je me suis ennuyé, au point de zapper chanson par chanson. La production est impeccable, les sons sont modernes, et le clone de Bambi chante bien. Mais, le poil n'est jamais monté... Encore un chanteur à qui on a demandé d'enregistrer un album pour surfer sur le succès du précédent...

starboy%20the%20weeknd

   

Posté par buddy66 à 09:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 août 2019

Offbeat Magazine.

Blog indispensable pour tout passionné de musique rock, pop, folk, blues, country, de discours et anecdotes sur la musique et le cinéma... Et tout ça, sur un ton décalé.

logo OFFBEAT MAGAZINE

Posté par buddy66 à 10:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

ROCKETMAN.

Qu'est-ce c'est ce bazar sur Elton John? 

Ah, Elton John. Oui, assurément, c'était le bon temps. 1972, je rentrais en première année d'école primaire. J'étais trop jeune et trop timide pour avoir une copine, mais j'étais déjà empreint de musique rock. 

J'en reviens à Elton John, né Reginald Kenneth Dwight le 25 mars 1947. En 1972, il s'installe sur la rampe du succès et confirme sa nouvelle popularité avec les deux albums Tumbleweed Connection et Madman Across the Water. Il est arrivé à fond la gamelle et a conquis l'Amérique en imposant un nouveau style musical. Jusqu'en 1975 - avant que tout ne parte en vrille - il s'est appuyé sur une formation solide de musiciens non destinée aux enregistrements studio (Davey Johnstone - guitare, Dee Murray – guitare basse, Nigel Olsson - batterie). 

Voilà qu'en 2019, on nous sort un biopic intitulé "Rocketman", où rien, semble-t-il, n'a été laissé de côté. J'entends par-là, la vie privée et les années noires du chanteur. Si Taron Egerton, l'acteur découvert par le grand public dans Kingsman : Services secrets et interprétant le rôle du chanteur, dit ne pas lire les critiques sur le film, il avait toutefois réagi à certaines remarques de la communauté LGBTQ+ (Lesbian, Gay, Bisexuel, Transgenre, Queer ou Questioning), regrettant que la star ne soit pas incarné par un acteur homosexuel. Il s'était expliqué, de manière honorable, dans les colonnes du magazine gay britannique Attitude : "C'est facile pour moi d'être assis ici en tant qu'homme blanc hétérosexuel et de dire que je devrais pouvoir jouer le rôle que je veux. Mais je comprends tout à fait pourquoi un acteur gay penserait que c'est une opportunité pour laquelle il conviendrait mieux." 

Qu'on aime ou pas ce biopic, où la comédie musicale s'invite sans crier gare, l'interprétation de Taron Egerton et les séquences musicales électrisent ce portrait plutôt convenu de l'extravagant Elton John.

Anecdote : Tiny Dancer, la chanson tirée de l’album Madman Across the Water (1971), composée et interprétée par Elton John et écrite par Bernie Taupin, était dédiée à Maxine Feibelman, la première épouse de Bernie Taupin.

410_16_-_Sheila_Bryce_Dallas_H

 

 

Posté par buddy66 à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]